Réparer les vivants – Maylis de Kerangal

Réparer les vivants – Maylis de Kerangal. 

Salutation a toi qui passe sur ce blog !

Aujourd’hui et avec beaucoup de retard, je vais vous parler d’un livre que j’ai eu le plaisir, dirions-nous, de lire (pour la petite information, c’est mon amoureux qui me l’a offert pour mes 19ans). Il s’agit de « Réparer les vivants » de Maylis de Kerangal. Ce roman à reçu dix prix littéraires. L’auteur est Maylis de kerangal, née en 1967 a Toulon. Elle publie son premier roman en 2000 : Je marche sous un ciel de traîne, elle enchaine en 2003 avec : La vie voyageuse puis par Ni fleuurs, ni couronnes en 2006, Dans les rapides en 2007 et en 2008 Corniche Kennedy (ce dernier figure cette année-la dans la selection de plusieurs prix littéraires). En 2010 est publié Naissance d’un pont (l’ouvrage remporte le prix Médicis, Franz Hessel). Voila ce qui en est pour la rapide présentation des oeuvres de l’auteur.

IMG_0291IMG_0292

Résumé :

« Le coeur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d’autres provinces, ils filaient vers d’autres corps. » Réparer les vivants est le roman d’une transplantation cardiaque. Telle une chanson de geste, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d’accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le coeur, au-délà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l’amour.

Mon avis : 

Mon avis sur ce livre reste très mitigé. Dans un premier temps, parlons du thème : La transplantation cardiaque. Où plutôt les émotions des personnes concernées directement où indirectement par cette opération. « Réparer les vivants » traitent de cette opération d’une façon assez particulière, originale et très poétique. Il met en scène différents personnages qui s’entremèlent dans une histoire de vie et de mort. Des parents anéantis, les infirmières et médecins qui doivent dans l’urgence prendre des décisions. Je trouve, personnellement, le thème intéressant mais surtout très bien mis en scène, l’auteur ne nous plonge pas dans un roman médical où s’entassent des milliers de termes que, sauf en étant en PACES, nous ne pouvons comprendre. Non, elle traite des sentiments, des émotions des personnages, sur le plan psychique comme physique. Ça rend la lecture très prenante.

Le style d’écriture et le rythme sont très particuliers, on accèdent à une écriture poétique, très descriptive des sentiments, des ressentis (le plus souvent par des jeux de métaphores et comparaisons) lorsque la famille est concernée, le style à ces instants y est lent, nous permettant d’apprécier et de ressentir pleins de choses. A l’inverse, par moment, l’auteur nous entraine dans une lecture très rapide, saccadée, voir même chirurgicale où les sentiments, les sensations semblent absents.

Si mon avis reste mitigé sur ce livre, cela concerne principalement deux points : l’alternance de rythme qu’introduit l’auteur, qui certes donne une grande puissance au livre (J’ai pleurais, tremblais face aux mots, aux sentiments de ce livre pour l’instant d’après me prendre en pleine figure une réalité froide et dur, si c’est une force pour l’oeuvre une fois finis, cela m’a donné une difficulté dans sa lecture, ne jamais savoir à quoi s’attendre). Le second point se cible sur les personnages qui ne sont que très partiellement développés (à mon goût), certes cela sert le l’histoire mais ne pas pouvoir totalement s’attacher aux personnages m’a fait de la peine. Voila les deux raisons majeurs pour lesquelles  je reste assez mitigée, d’un coté j’ai adorée ce livre mais d’un autre j’ai eu une grande difficulté à le lire , n’arrivant pas à maitriser l’émotion et la dureté dont il faisait simultanément preuve.

EN BREF :

En bref, je conseille ce livre si vous aimez la poésie, les livres dont l’écriture et le rythme uniquement font ressentir des émotions, et que vous êtes un petit peu habitué à lire des livres avec de nombreuses figures de styles.

Si vous avez lu ce livre, quel est votre avis ? 

Post Scriptum :  » Réparer les vivants » écrit par : Maylis de Kerangal, 

Éditions  :  Éditions Verticales & Gallimard

Publicités

3 réflexions sur “Réparer les vivants – Maylis de Kerangal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s